Opération « coucous »

Mots-clés : , , ,

La définition d’un coucou, via le dictionnaire, qui est aussi appelé « voleur de nid » est la suivante : le coucou gris (Cuculus canorus) est un oiseau de taille moyenne qui ressemble à certains petits rapaces. Il appartient à l’ordre des cuculiformes. Son chant, qui lui donne son nom, est familier au printemps dans les campagnes mais aussi dans les jardins des villes. Le coucou est très reconnaissable par son cri typique sonore et clair, qui lui donne son nom, et qui porte loin. Il chante principalement pendant la saison de la reproduction, à partir du début du mois d’avril, pour attirer les femelles. (www.jardinage.lemonde.fr)

Le coucou gris ne construit pas de nid, mais la femelle dépose ses œufs dans les nids des autres espèces, lorsque  les couveuses des nids sont absentes. Elle dépose de 8 à 25 œufs dans les nids de ses hôtes, à raison d’un œuf par jour dans l’après-midi. La femelle cherche des nids avec des œufs récemment pondus. Elle enlève un œuf de ce nid et dépose le sien en quelques secondes. Généralement, cet œuf est très semblable à ceux déjà présents dans le nid choisi.

Quand le jeune coucou naît, au bout de 11 à 13 jours d’incubation, il éjecte les autres œufs et les poussins hors du nid, afin d’être nourri au mieux par ses parents adoptifs. Il grandit très souvent plus vite que ses hôtes. Au bout de 17 à 21 jours, il quitte le nid et s’envolera vers le sud pour l’hiver, un ou deux mois plus tard que ses vrais parents.
Les parents adoptifs sont souvent bien plus petits en taille que le jeune coucou, et le nourrir représente un énorme effort pour eux.

Vous me direz qu’il n’y a pas de coucou au Vésinet, la communauté grandissante des perruches de couleur verte ayant remplacé les charmants petits oiseaux de nos jardins (fauvettes, rouges-gorges,mésanges, pic-vert…).

Mais si, il existe d’autres « coucous ». Ce sont ceux d’un genre humain qui rachètent des agences immobilières tout en gardant le nom de l’ancien propriétaire et la notoriété qui va avec, la confiance de leur ancienne clientèle et leur professionnalisme reconnu.

Ils vont même jusqu’à s’approprier une tournure de phrase, un paragraphe de texte de présentation, récupéré sur les sites internet de leur concurrents, pour montrer qu’ils sont les meilleurs.

Plus récemment, les « coucous » se sont appropriés une image, celle du cerf en particulier (emblème de la ville certes), pour leur logo en y plaçant leur nom dans la typographie d’une autre agence, la mienne.